TANK

RIAM XIe Edition  Festival For Unlimited Art & Music

Dimanche 26 oct. 2014 

À partir de 15 h 30 

PAF : LIBRE 

Bruma // Live 

Crypto Tropic // Live 

Horla // Live 

‘Cognitic Live’ est une performance créée par Bruma, relative à
son parcours en ingénierie cognitive à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux où il étudie l’intelligence artificielle. Bruma a développé
son propre software de composition, un outil informatique adapté
au live selon la méthode qu’il a développé. Il travaille en étroite
collaboration avec des ingénieurs français basés au CentQuatre
(Paris) et affiliés au CNRS. Ils forment un groupe de recherche dans
le contrôle MIDI ainsi que dans les interfaces homme-machine. Ils
ont développé un contrôleur MIDI unique au monde (pas encore
sorti sur le marché), et parfaitement adapté au software de Bruma.
Son programme crée des modèles physiques d’objets résonnants
dans des espaces fictifs; ces modèles subissent des forces qui
sont pilotées par des modèles mathématiques de probabilité
dynamique. L’écosystème sonore est interconnecté, les objets
sonores sont liés entre eux et un événement sur un seul objet entraîne
des répercussions d’écriture et de synthèse sur tout le modèle.Tout est une chaine de causalité. Le live présente, au-delà de son approche scientifique, une narration abstraite que Bruma affine depuis des années. Même si tout se base autour d’algorithmes en temps-réel, la pulsation du coeur de la machine se fait ressentir. Un système sensible, où l’homme et l’instrument ne forment qu’un; un moment de dialogue entre la poésie humaine et la rigueur de l’intelligence artificielle. 

Crypto Tropic scelle une nouvelle union entre les musiciens français Nebulo (Thomas Pujols) et Druc Drac (François Dumeaux). Leur prochain disque vinyle sera la troisième référence du label Le Cabanon Records. François Dumeaux iinterprètera seul l’essence même du projet grâce à un système de synthétiseurs modulaires.

François Dumeaux est un compositeur, improvisateur et artiste sonore. Sa musique a été jouée – par lui ou par d’autres – aux Etats-Unis (Los Angeles, Chicago), au Canada, au Nigeria, à Singapour, en Allemagne, en Espagne, en Belgique et en France. Il a obtenu en 2006 un D.E.M. et le prix SACEM, dans la classe de composition électroacoustique de Christian Eloy et Christophe Havel, au C.N.R. de Bordeaux. Finaliste du concours de composition acousmatique Métamorphoses 2008, il a été à cette occasion édité sur la compilation éponyme. Pour le 80ème

anniversaire de Bernard Parmegiani, il a composé « SRA » à la demande de Annette Vande Gorne. Il est professeur de composition électroacoustique au C.R.R. de Bordeaux depuis septembre 2011. Il réalise par ailleurs des créations radiophoniques, des documentaires sonores, de la sonographie pour les musées et des bandes-son pour le théâtre, la danse et le cinéma. 

La Nature, en tant qu’elle est infinie à
penser, constitue le centre de la réflexion
des performances d’Horla qui tentent de
décrire toute la complexité et la fragilité de
la contingence du vivant : naissance, fracas,
bruissement, évolution, mort. Après avoir
fait ses classes de philosophie, il entretient
un immuable rapport métaphysique avec
l’acte créatif et l’expérience sonore. La
performance temps réel est développée
dans des couleurs et des mouvements
rappelant les schémas indéfectibles des
profondeurs de la pensée: étincelles,
boucles, nuances. Ces expérimentations
consistent en des ponts esthétiques entre les phénomènes du vivant, du pensant et de ce qui est au- delà de l’expérience sensible, parallélismes de l’intelligence en tant qu’intuition silencieuse. Presque exclusivement relatifs à des improvisations électroniques, pour raconter le style dans ses actes de jeu temps réel, tout type de synthèse est abordé: numérique, analogique, additive, granulaire... L’idée de minimalisme et de répétition est primordiale dans la composition d’Horla, elle relate somme toute une volonté d’essentiel; mais au delà de l’attention apportée aux détails d’écriture, les principales phrases sont filées de telle sorte à provoquer une proximité rare avec « le sonore » pour lui même, en tant qu’essence: entité physique porteuse d’idée. Les paysages horizontaux sont d’une importance quasi identique aux événements prompts fustigeant la mesure. Une maitrise longue de plusieurs milliard de hertz des différents types de synthèse sonore, discrète ou continue, relative dans ses supports fixés à des artefacts sinusoïdaux et bruitistes aux dynamiques cinglantes, comme à des nuées synthétiques à la lumière boréale, immenses lévitations qui déplacent son électroacoustique, teinté de motif racinaire radicalement en marge des mythologies et paradigmes académiques autant que ceux de la « techno » à stricto sensu.

Là sera un mouvement perpétuel immanent à sa vision de la musique répétitive mais surtout de la matière; démarche que son premier recueil ‘Orogenèse’, inaugure merveilleusement, presque mystiquement. Il marquera la deuxième sortie du label Le Cabanon Records, le soin apporté à la peinture des lumières et à la sculpture des formes est unique. 

art space, Marseille

Développé avec Berta.me